Biographie de Goodridge ROBERTS

Goodridge Roberts, autoportrait, 1953

 

BIOGRAPHIE

Né en 1904 à la Barbade de parents originaires du Nouveau-Brunswick, Goodridge Roberts passe une partie de son enfance en Europe et termine ses études à Fredericton en 1923. Il commence sa formation artistique à l’École des beaux-arts de Montréal et la poursuit à l’Art Student League de New York. Durant ces années de formation, il se montre sensible à l’influence des peintres James Wilson Morrice et Puvis de Chavannes. Il commence à peindre régulièrement en 1929. Durant la seconde guerre mondiale il est artiste de guerre dans l’aviation canadienne (RCAF).

Roberts cherche des visions poétiques. Ses tableaux représentent sa vision du sujet et sa manière innovatrice de la concrétiser. S’il fait varier les formes, la lumière, l’échelle et les couleurs, il donne la même importance à toutes les parties du tableau pour éviter qu’une section particulière ne domine. En plus de quarante ans de carrière, il produit plus de 3000 œuvres. Il décède à Montréal en 1904.

 

SUJETS / THÈMES

Roberts accorde une importance égale à trois thèmes : la nature morte, le personnage et le paysage. Ce qui est marquant dans sa représentation des personnages, c’est la simplicité de l’image, sans détails inutiles, et le sens sculptural marqué des formes corporelles. Ses études d’intérieurs ont recours à la couleur et à la représentation de la lumière directe. C’est dans  ses extérieurs que Goodridge Roberts contraste le plus avec le groupe des Sept. Ne cherchant pas à dramatiser l’image, il choisit de représenter une nature paisible. Ses paysages, qu’on ne peut généralement pas identifier à un site précis, sont construits à partir d’une étonnante variété de tons. Au cours des années trente, la peinture de paysage se définit en termes d’appartenance régionale ou nationale ; Roberts propose une vision personnelle qui est d’abord un état d’âme, avant d’être un lieu.

 

TECHNIQUE

Roberts produit des peintures, dessins et aquarelles. Fidèle à son sujet, il travaille à partir de la réalité. Coloriste remarquable, il utilise ses couleurs les plus vibrantes dans ses natures mortes, dans lesquelles la combinaison des teintes riches et intenses confère une vie étonnante à ses œuvres. Il expérimente aussi avec différents éléments de l’œuvre, faisant varier l’échelle, le dessin, les formes et le mouvement pour mieux capter la scène, sans jamais sacrifier la partie au tout.

 

EXPOSITIONS

Il présente sa première exposition solo en 1932 à l’Arts Club de Montréal. En 1969, le Musée des beaux-arts d’Ottawa lui consacre une exposition. Le Musée des beaux-arts de Montréal lui emboîte le pas en 1999.

 

Source : Magasine du Musée des beaux-arts de Montréal, printemps 1999




Copyright © 2001 - 2022 Galerie Jean-Pierre Valentin