Biographie de James Wilson MORRICE

James William Morrice, photographie d'Edmond Dyonnet

 

BIOGRAPHIE

James Wilson Morrice est né à Montréal en 1865 et s’adonne tôt à l’aquarelle. Il étudie le droit puis la peinture avant partir pour Paris en 1989-90 où il fréquente le milieu stimulant des cafés artistiques et littéraires. Il étudie à l’Académie Julian puis de 1891 à 1909, il voyage aux Pays-Bas, en Italie, en Belgique en prenant Paris comme pied-à-terre et retournant au Québec tous les ans. De 1910 à 1924, il poursuit ses voyages entre Paris et la Côte d’Azur, les Antilles et l’Afrique du Nord. Il décède en 1924 à Tunis.

Avec Morrice, la peinture québécoise entre dans une phase de recherche esthétique pure, inspirée par le peintre américain Whistler, l’Impressionnisme et le Fauvisme.

 

SUJETS / THÈMES

L’œuvre de Morrice représente Venise, les Antilles, l’Afrique du Nord, des sujets québécois surtout enneigés, des portraits d’amis, des pochades de plages et des vues de Paris. Il peint autant des maisons rustiques et des chevaux tirant des calèches que le cirque ou l’avion. Il existe chez lui une « modernité » qui se manifeste dans la vivacité de son coup de pinceau et dans la liberté de son coloris, qu’il soit à Venise ou devant le traversier de Québec, à la table d’un café parisien ou devant une mosquée marocaine, dans un intérieur ou sous les palmiers de Trinidad.

 

TECHNIQUES

Morrice tire sa propre synthèse de l’Impressionnisme, du Fauvisme, de Matisse et de Bonnard.

 

EXPOSITIONS

En 1925, une rétrospective de 125 œuvres de Morrice est organisée à Montréal et en 1927 une rétrospective de 47 de ses œuvres a lieu au Jeu de Paume à Paris. Une dizaine d’année plus tard, Toronto et Ottawa organisent de semblables rétrospectives.

 

Source : Guy Robert, La peinture au Québec depuis ses origines, Iconia, 1978




Copyright © 2001 - 2022 Galerie Jean-Pierre Valentin