Biographie de Jean-Paul MOUSSEAU

Jean-Paul Mousseau, c. 1961-62

 

BIOGRAPHIE

Né à Montréal en 1927, Jean-Paul Mousseau rejoint très jeune la mêlée automatiste, et semble considérer l’Art comme une sorte de grand jeu où il s’agit d’inventer, à travers un bricolage de matériaux et de techniques, des objets insolites, étonnants, investis d’une vie autonome. Chez Mousseau, la théorie s’efface derrière l’exploration, l’expérimentation insatiable qui l’entraîne en diverses directions, vers le décor de théâtre ou le bijou, l’affiche ou l’ornementation de foulards et draperies.

C’est la lumière qui passionne Mousseau, et il en explore le cheminement jusque dans les textures de la tapisserie en laine ou dans la verrière faîte de fibre colorée dans la masse et animée par des éclairages variables. Sa murale lumineuse de 1962 au siège social montréalais d’Hydro-Québec montre magistralement l’originalité et l’ingéniosité de Mousseau, tout en illustrant de façon monumentale le désir chez plusieurs peintres de s’arracher à la cage du petit tableau peint à l’huile. Mousseau poursuit son œuvre en explorant la murale de céramique auprès de la sculpture lumineuse, en enseignant et en décorant des discothèques  par des environnements audio-visuels saisissants, en retournant même l’occasion au tableau de chevalet, sans jamais abdiquer sa farouche liberté d’action. Il décède à Montréal en 1991.

 

SUJETS / THÈMES

Mousseau commence par réaliser des œuvres d’inspiration surréaliste et n’a pas encore vingt ans quand il plonge dans l’aventure automatiste. Une dizaine d’années plus tard, vers 1955, ses tableaux tendent vers une architecture plus sage, où les couleurs conservent toutefois leur rythme puissant.

 

TECHNIQUES

Peintures, dessins, collages, tissues peints, pastels, sculptures et objets lumineux ont ponctué une démarche également marquée par d’importantes réalisations dans le domaine des arts de la scène (où il a œuvré à titre de scénographe), de l’art intégré à l’architecture (murales de l’Hydro-Québec et de la station de métro Peel) et de la culture populaire (conception d’intérieurs de discothèques).

 

EXPOSITIONS

Musée des Beaux-Arts du Canada (Ottawa, ON) ; Musée d’Art Contemporain de Montréal (Montréal, QC) ; Musée des Beaux-Arts de Montréal (Montréal, QC) ; Musée d’Art de Joliette (Joliette, QC) ; Musée National des Beaux-Arts du Québec (Québec, QC) ; Musée des Arts Décoratifs de Montréal (Montréal, QC) ; Musée du Bas St-Laurent (Rivière-du-Loup, QC) ; Art Gallery of Ontario ; Art Gallery of Windsor (Windsor, ON) ; Edmonton Art Gallery (Edmonton, AB) ; Vancouver Art Gallery (Vancouver, BC) ; The Robert McLaughlin Gallery (Oshawa, ON) ; Maison de la Culture de Trois-Rivières (Trois-Rivières, QC) ; Université Concordia (Montréal, QC) ; Université McGill (Montréal, QC) ; University of Lethbridge (Lethbridge, AB) ; Conseil des Arts du Canada (Ottawa, ON) ; Cinémathèque Québécoise (Montréal, QC) ; Power Corporation du Canada (Montréal, QC) ; Banque Nationale du Canada Canada (Montréal, QC) ; Banque Royale du Canada Canada (Montréal, QC).

AFFILIATIONS

Société d’Art Contemporain (1944) ; Automatistes (1946) ; Association des Artistes Non-Figuratifs de Montréal (1956)

 

Source : Pierre Landry, Mousseau, Musée d’art contemporain, Éditions du Méridien, 1997 ; Guy Robert, La peinture au Québec depuis ses origines, Iconia, 1978 




Copyright © 2001 - 2022 Galerie Jean-Pierre Valentin