Biographie de Paul-Vanier BEAULIEU

P.V. Beaulieu, autoportrait, 1939

 

BIOGRAPHIE

Né à Montréal en 1910, P. V. Beaulieu est très tôt attiré par la peinture. N’étant pas satisfait par l’École des Beaux-Arts de Montréal, il occupe divers emplois pour amasser l’argent nécessaire à un séjour en France. Il s’installe en 1938 à Paris, dans un atelier de Montparnasse, où il vit et peint pendant près de 35 ans.

Il rencontre Derain et Marchand à Paris et découvre les oeuvres de Vlaminck, de Rouault et de Picasso qui marquent sa production. En 1940, il est arrêté et interné dans un camp de concentration à Fresnes en compagnie de Dallaire et d’autres Québécois.

À partir de 1945, Beaulieu s’initie à la gravure et en 1952, il publie un livre renfermant 33 illustrations à l’eau forte des poèmes du recueil O Visages, de Jean-Louis Vallas.

Après une trentaine d’années passées en France, il s’installe dans un village des Laurentides, au Québec, où il vit en permanence de 1972 jusqu’à sa mort en 1996.

 

SUJETS

L’œuvre de P. V. Beaulieu contient une sensualité qui se déploie dans ses paysages, natures mortes et personnages. Beaulieu excelle en aquarelle et ses coqs sont devenus célèbres auprès des collectionneurs.

 

TECHNIQUE / MEDIUM

P.V Beaulieu utilise l’huile, l’aquarelle, l’encre et l’estampe. Fin dessinateur et excellent graveur, il s’épanche avec lyrisme dans la couleur.

Le paysage chez Beaulieu évolue beaucoup. L’artiste commence par exécuter des pochades puis des compositions d’allure abstraite en passant par des scènes symboliques ou encore, fortement schématisées.

 

COLLECTIONS

Les oeuvres de P. V. Beaulieu font partie de plusieurs collections privées et publiques, dont le Musée des Beaux-Arts de Montréal, le Musée Bezalel de Jérusalem et le Musée d’art moderne de Paris.

 

DISTINCTIONS

En 1951, Beaulieu remporte le deuxième prix du Gouvernement du Québec. En 1960, il reçoit une bourse du Conseil de Arts du Canada. En 1970, il est admis à l'Académie royale du Canada.

 

 




Copyright © 2001 - 2020 Galerie Jean-Pierre Valentin