Biographie de Zacharie VINCENT DIT TEHARIOLIN

Zacharie Vincent et son fils, autoportrait, c. 1845

 

BIOGRAPHIE

Zacharie Vincent Telari-o-lin s’intéresse à la peinture au contact des peintres Henry Daniel Thielcke, Antoine Plamondon et Cornelius Krieghoff. Toutefois, il découvre le métier surtout par lui-même.

Il est également guide auprès des militaires et des touristes dans leurs expéditions de chasse et de pêche. Il prêche à la moindre occasion l’importance du maintien de la langue et de la culture traditionnelles de sa nation, menacées par l’envahissement des biens de consommation et du mode de vie des Européens. En 1838, Antoine Plamondon le peint sous les traits du « dernier des Hurons », un nom qui lui reste et qu’il se garde de démentir. Les Européens ont trouvé en lui un nouveau modèle de l’ « Indien ».

 

SUJETS

Vincent crée de saisissants autoportraits, des paysages de sa région et des scènes décrivant les coutumes de son peuple. Dans ses autoportraits, il affirme résolument son appartenance à la nation huronne. Il lui arrive d’arborer avec fierté hache, bracelet, wampum et couette.

 

TECHNIQUES

Avant l’avènement de la photographie, il fallait qu’un Amérindien s’approprie les concepts et les techniques d’un art foncièrement européen pour pouvoir laisser une vision personnelle de son identité et de son peuple. Vincent peint avec la force et la vivacité d’un peintre naïf.

 

COLLECTION

Son œuvre est notamment présente au Musée national des beaux-arts du Québec.

 

Source : Yves Lacasse et John R. Porter, Une histoire de l’art du Québec, Musée des beaux-arts du Québec, Canada, 2004




Copyright © 2001 - 2022 Galerie Jean-Pierre Valentin