Biographie de Frederick S. COBURN

Frederick S. Coburn, autoportrait, 1901

 

BIOGRAPHIE

Frederick Simpson Coburn est né à Upper Melbourne, le 18 mars 1871. Après des études au Conseil des arts et manufactures de Montréal et à l’Académie de Berlin en Allemagne, il suit des cours en 1892 à l’École des beaux-arts de Paris dans l’atelier de Gérôme et à dans les écoles d’art de Londres. En 1897, il illustre The habitant and other French-Canadian Poems, une publication du poète William Henry Drummond, ce qui lui acquiert une solide réputation. Il s’installe à Anvers, en Belgique, où il loue un atelier pour se consacrer à sa production artistique et à son travail d’illustrateur. Il revient définitivement au Québec en 1914, suite à l’invasion de la Belgique par l’armée allemande. Il redécouvre alors l’éclatante luminosité des hivers canadiens qu’il avait presque oubliée en Europe.

Il illustre quatre autres recueils de poésie de Drummond, ainsi que nombre d’œuvres littéraires de Louis-Honoré Fréchette, Washington Irving, Charles Dickens, Edgar Allan Poe, Alfred Lord Tennyson et Robert Browning. Ses dessins sont aussi utilisés pour nombre de revues et d’ouvrages publiés à New York. Mais sa notoriété principale lui vient de ses tableaux de scènes hivernales, inspirés par les paysages ruraux de son milieu, où chevaux et traîneaux émergent d’une forêt vers la lumière d’une clairière. Pour réaliser les croquis qui servent à l’élaboration des paysages enneigés, Coburn parcourt inlassablement la région avoisinant son studio d’Upper Melbourne.

Il décède à Upper Melbourne en 1960.

 

SUJETS

Plusieurs des tableaux de Coburn représentent un cheval blanc, tirant allégrement une « berline » rouge à travers les routes ensoleillées, baignées par la luminosité particulière d’une belle journée d’hiver. Comme dans la plupart de ses toiles, la blancheur de la neige est joliment contrastée par le ciel d’un bleu céruléen, couleur chère à l’artiste. Ces scènes firent la popularité de Coburn auprès des collectionneurs.

 

COLLECTION

Le Musée des beaux-arts de Sherbrooke possède son fonds d’atelier, contenant plus de 700 tableaux, esquisses, illustrations, dessins et gravures.

 

Source: Frederick S. Coburn, Centre culturel Yvonne L. Bombardier, Valcourt, Québec, 2007; Ville de Sherbrooke et Musée virtuel du Canada




Copyright © 2001 - 2019 Galerie Jean-Pierre Valentin