Biographie de Jordi BONET

Jordi Bonet, c. 1974

 

BIOGRAPHIE

Né en Catalogne en 1932,  Jordi Bonet perd un bras à l’âge de sept ans, ce qui rend son éducation difficile. Peu accoutumé aux écoles, il ne parvient pas à s’adapter l’âge de l’adolescence arrivé, à la discipline des beaux-arts. Mais le maître de dessins Antoni Prats s’enthousiasme pour ses croquis. : « C’est de l’or brut ! » et l’accepte dans son atelier. Avec son père il visite les musées. Dans les rues de Barcelone, la foule le fascine. Il peint et dessine, ouvre un atelier, commence à exposer. Par la suite, il part pour Paris puis pour le Québec où il s’établit en 1954. Il y peint des encres puis étudie la sculpture à Montréal. Parallèlement, Bonet dessine et continue à peindre.

De 1960 à 1974, il réalise une centaine de murale en céramique, ciment, béton ou aluminium, de Vancouver à New York, de Halifax à San Francisco, de Toronto à Dallas.

 

SUJETS / THÈMES

L’artiste chemine de dessinateur, tantôt précieux, tantôt géométrique, tantôt voluptueux, vers son travail de céramiste, en passant par des « dessins peints » qui révèlent le besoin de surface, le goût de la matière, le chatoiement. La céramique le conduit à la composition murale de grandes dimensions, attachée à l’architecture. Il aborde ces grandes compositions murales par le biais de l’art religieux. Il crée les murs de céramique de l’église de Jonquières et les panneaux du Séminaire de Métabetchouan. Bonet peint des murs. Il les recouvre de carreaux de terre, peints et cuits. Il inclut le volume à son travail. Il rejoint l’art informel par la sculpture, la polychromie, la texture et l’architecture.

 

TECHNIQUE

Rares sont ceux qui travaillent la terre de cette façon, reprenant le signe fixé par le feu, là où le Moyen-Âge l’avait laissé, lui faisant rendre, en quelques années, toutes les leçon du réalisme, de l’expressionnisme, voire de l’informel.

 

Source : Jacques Folch-Ribas, Jordi Bonet, Ottawa, 1964

 




Copyright © 2001 - 2021 Galerie Jean-Pierre Valentin