Biographie de Marcel BARBEAU

Marcel Barbeau, 1965

 

BIOGRAPHIE

Né à Montréal en 1925, Marcel Barbeau s’inscrit à l’École du Meuble en 1942 et suit les cours de Borduas entre 1942 et 1947. Membre du Groupe des Automatistes à partir de 1945, il signe le manifeste Refus global en 1948 et participe à toutes les expositions du mouvement.

Il pratique alors le surréalisme automatique. Puis les giclures et les heureux accidents des peintures et des encres des années 1940 et 1950 cèdent la place au papier-cache et aux aplats à la faveur d’une lente épuration rappelant l’expérimentation plasticienne. Puis, intrigué par l’œuvre de Vasarely qu’il découvre à Paris en 1963, Barbeau s’engage dans une nouvelle recherche axée sur la perception rétinienne et l’illusion du mouvement. Il est à New York l’année suivante et plonge dans le courant de l’Op Art que les Etats-Unis acclament avec enthousiasme. Au contact des artistes américains et soutenu par de nombreuses expositions, Barbeau poursuit sa recherche avec une rigueur accrue. C’est alors qu’il crée ses œuvres optiques les plus achevées.

Nomade, Barbeau a vécu et travaillé dans plusieurs régions du Québec et du Canada, dont les Laurentides, ainsi qu’à l’étranger, surtout à Paris et à New York. Depuis 2008, Marcel Barbeau vit et travaille à nouveau à Montréal.

 

SUJETS / THÈMES

Barbeau ne ferme jamais la porte à la spontanéité dans l’acte créateur. En effet, il s’écarte volontiers du rigoureux système géométrique. L’intuition détermine le rapprochement des plans, en règle les galbes et dicte le parcours sinueux des lignes.

 

TECHNIQUE

D’abord peintre et sculpteur, Barbeau s’est intéressé à presque toutes les disciplines des arts visuels, y compris la performance.

 

Source : Yves Lacasse et John R. Porter, Une histoire de l’art du Québec, Musée des beaux-arts du Québec, Canada, 2004; Ninon Gauthier, Marcel Barbeau, escapades dans les Laurentides, Musée d’art contemporain des Laurentides, 2012




Copyright © 2001 - 2021 Galerie Jean-Pierre Valentin